Sydney Ellis
En concert au SAM Blues Fest (Méricourt - 62)  Samedi 19 Novembre 2016
Jonn Richardson
L'esprit du Texas Blues de retour en 2017
Norman Jackson Band
Tournée Européenne Novembre 2017 - en partenariat avec Blues N'Trad
Steve "Big Man" Clayton
Dernier Album de Sean Carney
nouveau projet solo :  "Throwback"
Please update your Flash Player to view content.

Videos

 

 

Ron Hacker : Spotlight On

vidéo Ron Hacker : Spotlight On

 

Ron Hacker and the Hacksaws Live at The Saloon

vidéo Ron Hacker and the Hacksaws Live at The Saloon

image transparente pour mise en page

Discographie

Live in San Francisco

Ron Hacker Live in San Francisco

01 - Ax Sweet Mama
02 - Meet Me In The Bottom
03 - Baby Please Don't Go / Statesboro Blues
04 - Welfare Store
05 - My Bad Boy
06 - Death Letter
07 - It Hurts Me Too
08 - Two Timin' Woman
09 - Leavin' Blues
10 - House Rent Blues

 

Filthy Animal

Ron Hacker and the Hacksaws

01 - You Gotta Move, Part 1
02 - Bad Boy
03 - I'm Goin Away Baby
04 - Meet Me In The Bottom
05 - Goin' Down To The River
06 - Evil   *
07 - Death Letter Blues
08 - Gonna' Miss You
09 - Shotgun   *
10 - Someday Baby
11 - Why
12 - Champagne And Reefer   *
13 - Filthy Animal (Chameleon)

3 morceaux * de cet album en écoute !

 

BLUESOGRAPHIE
 

Ron Hacker: “San Francisco’s White Trash Blues Icon”

 

Photo Ron Hacker"La première fois que j'ai eu le Blues, … je veux dire vraiment eu le Blues, c’était en 1956. Un ami et moi avons été attrapés en flagrant délit de pillage de parcmètres. J'avais onze ans – il en avait douze. Nous sommes allés directement en maison de correction !

Les éducateurs de ce centre pour délinquants juvéniles étaient tous de jeunes Afro-américains d’une vingtaine d’années ; et ils nous ont fait partager leur musique, comme les adolescents le font entre eux.

En '56 ce qu’ils écoutaient était "Elmore James", "Howlin' Wolf", "Muddy Waters", "B.B. King", "Jimmy Reed". Je suis tombé amoureux de leur musique, et dès lors cela a fait partie intégrante de ma vie.

Par la suite, ayant mûri, j’ai essayé de me concentrer plus à jouer le Blues qu'à le vivre et le subir."

Après avoir appris seul à jouer de la guitare, Ron Hacker fait la rencontre du vieux et respecté Yank Rachell, l'associé du mythique Sleepy John Estes. Yank forme Ron sur les subtilités du Blues du Delta, et dans ce processus ils deviennent des amis inséparables.
 
C’est l'acteur Peter Coyote qui aide Ron à obtenir son premier contrat à San Francisco dans un coffee shop du coin. A la suite de cela, il ne faut pas longtemps à Ron Hacker pour réunir les musiciens qui vont devenir son band, les Hacksaws, pour bientôt faire trembler les murs de tous les clubs de la baie de San Francisco.
 
Depuis, Ron a joué chaque festival majeur en Californie, y compris le "Monterey Jazz Festival", le "San Francisco Blues Festival", le "Marin County Blues Festival" et le "Long Beach Blues Festival". Ron Hacker a aussi très largement sillonné l’Europe jouant dans les festivals majeurs en Belgique, Danemark, France, Hollande, Allemagne et Norvège.
 Ron Hacker
À ce jour, Ron a sorti dix albums sous son nom : "No Pretty Songs", "Bar Stool Blues", "I Got Tattooed", "Backdoor Man", "Burnin’", "Live In Holland", "Mr. Bad Boy" , "My Songs", "Filthy Animal" en 2011 et "Live in San Francisco" en 2012.
Il participe aussi à de nombreux enregistrements comme guitariste. On note une performance remarquée sur "Orphans" le triple album de Tom Waits nommé au Grammy Awards en 2006.
 
En 2005, le cinéma fait appel à lui pour le rôle du "Blues Guy" dans le film "Just Like Heaven".
Artiste complet et polyvalent, comme écrivain il publie son autobiographie sous forme d’un "pulp memoir", intitulé "White Trash Bluesman".

Mais c’est sur scène que l’on prend la mesure de la générosité et de la virtuosité de Ron Hacker ; fortement influencé par Elmore James, avec son Bottleneck il maîtrise la guitare Slide à merveille. Parfaitement sincère et direct avec son public, c’est à un rythme soutenu que les différentes ambiances sont abordées durant le concert ; parfois le son se fait Roots, parfois il se durcit pour être plus proche de celui d’un George Thorogood.

Toujours secondé par une section rythmique efficace, sa voix rauque et chaleureuse colle parfaitement au style énergique et authentique de sa musique.

 

"Ron Hacker's Blues is as real and raw as it gets.
He is the San Francisco poet of the Blues
who travels that big road like nobody else."

-Tom Mazzolini (San Francisco Blues Festival) -


Informations & Booking : contact l'Etroit Tours

Haut de page